Il y a quelques jours, nous avons fait l’acquisition de trois nouvelles pondeuses et le problème de leur intégration au poulailler s’est vite posé. Pour éviter les soucis, mieux vaut recourir à quelques astuces avant d’introduire de nouvelles poules dans un poulailler.

 

Introduire de nouvelles poules dans un poulaillerLa vie des poules étant organisée selon un ordre très hiérarchisé, les nouvelles recrues sont immanquablement victimes de harcèlement et de violences de la part des plus anciennes. Cela engendre des problèmes de picage, de place sur les perchoirs, d’accès aux pondoirs, à l’eau et la nourriture, etc… Les jeunes poulettes risquent de beaucoup souffrir lors de leur nouvelle intégration dans le poulailler si on les y place tel quel, sans avoir pris auparavant quelques précautions.

Une astuce simple consiste à isoler les jeunes dans un petit enclos à l’intérieur du plus grand pendant les premiers jours, voire d’installer un grillage temporaire pour les séparer. Les plus anciennes pourront ainsi s’habituer à leur présence et à leur odeur.

Cette solution présente aussi d’autres avantages : les nouvelles poulettes vont s’habituer de visu à leur nouvel environnement et surtout à la nourriture à laquelle sont habituées les plus anciennes. En effet les poules n’apprécient guère de changer d’alimentation. Servez leur la même nourriture que les autres. Avec cette méthode, les nouvelles poulettes n’auront pas d’autre choix que de s’habituer à leur nouveau régime alimentaire, sans subir de brimades de la part des plus vieilles.

Une dernière astuce consiste à installer les poules la nuit sur les perchoirs avec les autres. Quand les plus vieilles sont endormies, je dépose les nouvelles une par une à leur côté. Les jeunes sont ainsi habituées progressivement à l’endroit où elles devront dormir et les anciennes intègrent aussi cet état de fait.

Il faut bien sûr recommencer l’opération chaque matin et soir mais j’ai testé la manœuvre et ça marche : au bout de trois ou quatre jours, on peut sortir les jeunes sans craindre trop d’affrontements. Il y a bien sûr toujours quelques heurts, mais la cohabitation étant mise en place avec douceur, les affrontements sont moindres.