J’ai fait l’acquisition il y a quelques mois d’un spécimen d’une superbe variété d’érable du Japon : un Osakazuki. Il est temps maintenant de le rempoter, mais gare aux erreurs à ne pas commettre !

Les érables du Japon sont des plantes très rustiques pouvant supporter des températures allant jusqu’à -18°, mais ils ont cependant quelques exigences : une terre acide et non détrempée, pas trop de soleil direct et surtout pas de vent.

En premier lieu, il est donc important d’étendre au fond du pot une bonne couche de plusieurs centimètres de billes d’argiles, elle facilitera le drainage.

Ensuite, pour le rempotage proprement dit, il est préférable utiliser de la terre de bruyère véritable (et non une terre « dite » de bruyère), c’est à dire une terre bien acide et exempte de calcaire.

Pour finir, on peut pailler avec des aiguilles de pin (qui contribueront à acidifier le sol) ou de la pouzzolane (présentant un pH neutre), cela limitera l’arrosage et protègera les racines.

Enfin, et c’est plus important, tous vos efforts seront vains si vous arrosez votre pot avec une eau trop calcaire. C’est le cas pour nous ici qui vivons dans les environs de Montpellier : l’eau a un PH trop élevé. J’arrose donc nos érables du Japon avec de l’eau de pluie.

Si vous disposez votre pot à un endroit relativement ombragé, et surtout bien abrité du vent, vous aurez ainsi toutes les atouts pour que votre érable du Japon se développe au mieux.